vendredi 27 janvier 2023

L'Art Moderne à travers Les Demoiselles d'Avignon

Christophe Marchand a proposé dans le cadre de la formation Histoire des arts en 2009 une réflexion d’ensemble sur l’art moderne à travers l’exemple de la peinture et plus particulièrement celui des Demoiselles d’Avignon de Picasso (1907).

Il cherche à montrer en quoi l'art moderne est le reflet de ce contexte révolutionnaire complexe ? On ne peut comprendre la naissance et le caractère révolutionnaire de l’art moderne sans comprendre qu’il est le reflet d’un contexte de grands bouleversements qui sont en interaction les uns avec les autres (Révolution industrielle, transformations sociales rapides, déchaînements des passions politiques, idéologiques et révolutionnaires, crise des fondements scientifiques et philosophiques).

 

Il s’agit, au travers de l’étude d’une œuvre d’art moderne Les Demoiselles d’Avignon, de susciter chez les élèves un intérêt pour l’art moderne tout en leur donnant des clés de compréhension, pour des œuvres très souvent « illisibles » ou difficile à cerner. Christophe Marchand adopte donc la démarche suivante :

Pour ce faire, sont mises à disposition les grandes orientations de la démarche et les principales connaissances qui sont dégagées grâce à cette étude de cas. D’une certaine manière, cette étude de cas porte en elle-même la contextualisation, ce qui est l’une des particularités de la mise en œuvre de l’étude de cas en histoire. L’œuvre est ainsi :

  • Définie comme une œuvre majeure et repère pour comprendre la naissance du Cubisme et de l’Avant-garde
  • Située dans son contexte révolutionnaire pour en comprendre sa modernité
  • Analysée par une grille proposant une méthodologie transposable
  • Étudiée par rapport à d’autres œuvres, pour appréhender les autres courants
  • Étudiée à partir d’une approche interdisciplinaire (dont la nécessité est évidente pour l’histoire de l’art).

Dans un second temps, Christophe Marchand précise sa démarche d'analyse de l’œuvre, qui a l'intérêt d'être transposable à d'autres. Il s’agit à la fois de fournir une méthodologie de commentaire donnée aux élèves et d’apprendre aux élèves à savoir quoi regarder.

A titre d’exemple, ils montrent comment ils complètent progressivement la grille, qui porte ainsi le contenu du cours tout en apportant par des liens hypertextes des documents complémentaires pour rendre l’analyse plus concrète et plus approfondie.

L’objectif final est de conduire les élèves à définir un courant artistique, ici le cubisme, en partant d’une œuvre d’art emblématique.

Enfin, il est possible de proposer aux élèves d’autres tableaux à étudier (Le Cri de Munch pour l’expressionnisme, Impression Soleil Levant de Monet pour l’impressionnisme …). Les élèves peuvent ainsi transposer sa démarche afin de structurer leurs exposés. La reprise permet de contextualiser les différents courants (avec leurs liens historiques et leurs caractéristiques essentielles). L'expérience a été réalisé avec les élèves de Premières Scientifiques du lycée Marcel Rudloff en 2009 et a été assez concluante.

 

à télécharger